Obituary: Liberation, Paris, France


Le 28/11/2001

Mort du poète David Gascoyne

Le poète anglais David Gascoyne, qui est mort le 25 novembre en Grande-Bretagne à l’âge de 85 ans, était le dernier représentant de la génération appelée «néoromantique» ou «moderniste», dont faisait partie Dylan Thomas. Il a 16 ans quand son premier recueil, Balcon romain, le fait connaître. L’année suivante, il écrit son unique roman, Opening Day, puis débarque à Paris où il rencontre André Breton et Paul Eluard. De retour en Angleterre, il se fait le champion du surréalisme, en traduisant Benjamin Péret et Tristan Tzara, en organisant une grande exposition. La fin des années 30 le trouve de nouveau à Paris, après un passage en Espagne où il soutient les républicains. Ami de Benjamin Fondane et de Pierre Jean Jouve, il se tourne vers une expression de plus en plus philosophique et métaphysique. Mais son tempérament dépressif le mène au bord de la folie. Dans les années 60, David Gascoyne n’écrit plus et se réfugie dans un asile. «Là intervient un miracle», écrit le Guardian dans son édition du 27 novembre. Une psychiatre lit des poèmes aux patients, Gascoyne les reconnaît comme siens, la thérapeute commence par ne pas le croire. Ils finissent par se marier. En France ne sont disponibles que deux titres, dont Miserere (éditions Granit): «Qui dans une telle solitude/Peut dire que les sales os d’un chien bâtard/... ne sont pas/les reliques précieuses de quelque saint.»